Rappel: Le 30 juin, le forum fermera ses portes. Il ne sera accessible qu'en lecture seule à compter de cette date.

Les licences tuent-elles les parcs Disney ?

En tout convivialité, on échange nos idées, on débat, on discute, sur des sujets précis....

Modérateur : Support Technique

Avatar de l’utilisateur
Jackmosby
Sera au vin d'honneur de Phantom Manor
Gender :
Âge : 25
Messages : 1269
Inscription : il y a 6 ans

Les licences tuent-elles les parcs Disney ?

il y a 6 ans

J'ouvre un sujet (peut-être faudra t-il le déplacer) pour essayer d'ouvrir le débat sur quelque chose qui revient de plus en plus: les licences dans les parcs Disney. On parle de plus en plus du dévellopement d'attractions (Ratatouille), de "mini-lands" (Carsland, Toy Story Playland, Star Wars...), voire de lands tout entier (Pocahontas Dance avec les loups Les Schtroumpfs Le dernier des mohicans Avatar à Animal Kingdom) basés sur une seule et même licence. Si la réalisation finale est la plupart du temps très bonne, cela ne traduit t-il pas une perte de l'âme des parcs Disney ? Est-il possible d'élaborer une storyline avec un land licencié ? Est-ce de la flemme ? Une stratégie marketing ? Les licences sont elles vraiment nécessaires pour attirer les gens à Disneyland ? Pourquoi ? Comment ? Avec qui ? Où ?

Bref, débat ouvert :o
"Que la parole du Seigneur soit accomplie et glorifiée" (Évangile selon ED92, 13:1)
Avatar de l’utilisateur
Maggie Simpson
Modérateur/Correcteur
Contact :
Messages : 7877
Inscription : il y a 12 ans

Re: Les licences tuent-elles les parcs Disney ?

il y a 6 ans

La licence, c'est la facilité.

En effet il y a deux sortes d'attractions : les attractions à licence, et les attractions sans licence. les premières sont les attractions faciles, les secondes les attractions réussies.

1) Les meilleures attractions ne sont pas les attractions à licence

1.1) Les attractions fortes sont même sources de licence
Phantom Manor, Pirates of the Caribbean, Big Thunder Mountain, "it's a small world !" sont parmi les meilleures attractions de DLP et des parcs Disney en général. Pourtant, elles ne sont à l'origine basées sur aucune licence, mais plutôt sur l'imaginaire collectif (PM, BTM, POTC) ou sur une vision du monde que les créateurs veulent nous faire partager (IASW).

Ces attractions sont d'ailleurs assez fortes pour créer des licences à partir de leur contenu : je parle de la série télé sur BTM, du film inspiré des Haunted Mansion, et bien sûr des films POTC.

Dans le 1er cas, l'attraction ne donnera vraisemblablement que son nom au produit. Le thème général du western étant préexistant à l'attraction, il ne s'agira que d'un clin d'oeil des studios à l'autre fabrique de rêve de Disney, Imagineering.

Passons au 2e cas, celui des Haunted Mansion : le film est mauvais quoique visuellement assez réussi. Outre le plaisir de voir moult clins d’œil aux attractions, on assiste tout simplement d'un film narrant les aventures d'une famille en décomposition qui se recompose pour mieux tenir tête à ses difficultés. Rien de nouveau donc, et comme ni l'ambiance des Haunted Mansion, ni celle de Phantom Manor ne sont respectées, le film n'est finalement qu'un ramassis de segments des attractions collés sur un vague drap scénaristique vu et revu. Difficile de parler de licence quand les seuls produits sont le concept d'origine (l'attraction) et un film qui met finalement peu en valeur son origine de par sa médiocrité.

La saga POTC, comme les produits déjà cités, ne reprend que le thème de l'attraction, avec plein de références bien sûr, tout du moins dans le 1er film. Et après 4 films à la qualité décroissante, beaucoup de visiteurs pensent que la licence POTC a commencé avec le 1er film sorti au début des années 2000, et que l'attraction ne serait que la transposition du film en décors réels dans le parc. Comble de malchance pour l'attraction, la franchise dont elle est la source, qui s'est bien éloignée du concept original, est entrain de l'étouffer. On ne compte plus les apparitions douteuses de Jack Sparrow dans les attractions, et certaines versions ont même été partiellement rethématisées sur les films. N'oublions pas l'attraction chinoise, qui délaissera totalement le POTC originel et révolutionnaire des années 60 pour s'appuyer uniquement sur le film. En gros, l'attraction a été l'origine de sa propre mort... en attendant une possible résurrection sous une forme très différente.

1.2) La licence utile ?

Nous parlerons ici des attractions qui utilisent des œuvres et des franchises qui existaient avant elles. On peut citer l'élégant mais disparu Space Mountain - De la Terre à la Lune, qui proposait une simulation de voyage spatial dans un univers steampunk inspiré du célèbre roman de Jules Verne. Peut-on parler de licence pour un livre qui a 130 ans ? La disparition de la "licence" en 2005 ne semble pas avoir réellement attaqué la popularité de l'attraction, bien que sa qualité ait baissé fortement. D'autres facteurs, notamment le confort douteux, expliqueraient sans doute mieux une éventuelle baisse de la satisfaction.

Le cousin lointain de Space Mountain, Rock'n'Rollercoaster, diffuse quant à lui les plus grands tubes d'Aerosmith pendant le tour. On peut assimiler cela à l'utilisation d'une licence, certes moins énorme qu'un POTC ou un Star Wars, mais une licence quand-même. Les fans du groupe sont ravis, les visiteurs le (re-)découvrent, et l'attraction atteint des sommets de popularité. Mais quel est le réel effet d'Aerosmith sur cette popularité ? Si l'apport artistique du groupe à l'attraction est indéniable - c'est toujours mieux que du Johnny ou du Jonas Brothers, la file serait-elle encore plus remplie avec un autre groupe ? Ou moins ? Ou tout autant ? L'effet Aerosmith est difficilement mesurable. L'absence de musique à cause de problèmes techniques, le pré-show médiocre et la faible reconnaissance du groupe en France tendent à prouver que la présence de Tyler et de ses collègues dans l'attraction n'est pour rien dans son succès.

La Tower of Terror, qui utilise une licence encore moins connue, est un énorme succès également. Et à part les fans qui hurlent "la quatrième dimension" à chaque occurrence de l'expression dans le pré-show, très peu de visiteurs semblent se soucier de Rod Serling et de ses histoires. Là aussi, la licence flatte l'ego d'un noyau dur de connaisseurs, mais n'apporte rien du tout à la majorité des visiteurs.

Ces deux dernières attractions, parmi les plus importantes de DLP, ne vantent d'ailleurs pas spécialement leur utilisation d'une licence au-delà de quelques mentions légales. Visiblement, la paresse des concepteurs - car ces attractions sont des clones d'attractions américaines - et leur peu d'entrain à adapter leurs produits à la clientèle européenne expliquent les présences d'Aerosmith et de The Twilight Zone dans ces attractions. Présences qu'au passage, nous ne regrettons pas.

Conclusion de cette 1re partie : les exemples d'attractions réussies et très populaires sans licence ou avec des licences qui font de la figuration pullulent.

Dans la 2nde partie, un petit tour des attractions à licence Disney à Fantasyland (pour dire du bien) pour commencer, ensuite un petit tour des dernières nouveautés pour bien apprécier la course à la licence (ton neutre), après un petit chapitre sur la folie Toy Story (en mal, puisque je traiterai de Buzz à Discoveryland), et pour finir le coeur de la partie, une analyse de la qualité intrinsèque des attractions à licence.

Seront évoqués Cinémagique, Armageddon, les attractions Pixar des WDS, Star Tours et tout Fantasyland.
Magie est une marque déposée de The Walt Disney Company.
Avatar de l’utilisateur
Jackmosby
Sera au vin d'honneur de Phantom Manor
Gender :
Âge : 25
Messages : 1269
Inscription : il y a 6 ans

Re: Les licences tuent-elles les parcs Disney ?

il y a 6 ans

Faut demander à Picsou comment il note ta dissert, c'est son job après tout :mrgreen:
"Que la parole du Seigneur soit accomplie et glorifiée" (Évangile selon ED92, 13:1)
Avatar de l’utilisateur
Picsou
Découvre l'atelier de Mickey le Magicien
Localisation : Hyères et Vallauris
Gender :
Âge : 36
Messages : 1922
Inscription : il y a 12 ans

Re: Les licences tuent-elles les parcs Disney ?

il y a 6 ans

Une infime partie de mon job, et pas vraiment celle que je préfère...
Attendons déjà d'avoir le produit fini entre les mains avant de voir s'il y a quelques éléments intéressants à ajouter :)
"Tout ce qui est dans la limite du possible doit être et sera accompli".

Jules Verne
Avatar de l’utilisateur
Maggie Simpson
Modérateur/Correcteur
Contact :
Messages : 7877
Inscription : il y a 12 ans

Re: Les licences tuent-elles les parcs Disney ?

il y a 6 ans

2) Les attractions à licence restent le coeur de métier des parcs Disney

2.1) Fantasyland = licenceland

Fantasyland est la seule partie du parc 1 à n'offrir que des attractions à licence, sauf une, mise à l'écart du cœur du quartier : "it's a small world !". Toutes les autres attractions sont adaptées de films d'animation Disney, généralement ceux des 20 premières années (années 40 et 50). Normal, chaque Magic Kingdom, et par extension chaque Fantasyland, sont des cousins du Disneyland originel, créé dans les années 50.

On retrouve avec plaisir Dumbo, Pinocchio, Blanche-Neige, Peter Pan, Alice et la Belle au bois dormant dans diverses attractions d'intérêt variable. Dans un parc qui s'appelle Disneyland, il est normal de trouver du Disney. Les visiteurs peuvent entrer dans les films de Disney... c'est le même principe qu'à POTC ou PM finalement : vivre un film en vrai. Sauf qu'à Fantasyland, la matière est 100% disneyenne (ouf, pas de Pixar).

Fantasyland sert tout simplement de justificatif à l'appellation Disneyland. Certes les autres lands sont bien imprégnés de la patte Disney, mais, pour le grand public, c'est à Fantasyland que c'est le plus visible.

2.2) Trop de licences ?
Panorama rapide des nouveautés Disney des années 2000. En France, une resucée de la ToT floridienne. C'est au prix d'une storyline absconse qu'une licence méconnue est intégrée à l'attraction. Quelques attractions génériques comme Cinémagique ou Animagique, qui utilisent des produits connus, mais pas à proprement parler de licence.

Le reste des Studios se composent d'attractions nulles à médiocres possédant une licence. Armageddon se base sur un film qui était déjà oublié à la création de l'attraction. L'attraction serait en perte de vitesse selon certains... Animation Countryard s'est fait pixariser. DLP capitalise sur le succès des films Pixar (difficile de capitaliser sur le succès des films Disney, y en a plus). Au fond, il s'agit d'un Fantasyland à la sauce Pixar, mais sans le charme et l'aspect historique. Dans le 1er parc, le très médiocre Buzz Laser Truc a ouverte en 2006.

On peut donc dire que trois quarts des dernières nouveautés de DLP sont issues de licences cinématographiques. Celles tirées de films Pixar sont les plus nombreuses, et aussi les plus populaires.

Aux USA, la mode est aussi à Toy Story. Les Studios floridiens ont gagné TSM, le MK a sa version de Buzz. Le très beau Animal Kingdom compte assez peu d'attractions à licence et il s'agit de spectacles. Peu de licences à DCA aussi, les deux dernières nouveautés étant toutefois deux attractions basées sur des films Disney ou Pixar : Little Mermaid et un land Cars fort réussi.

Et au final, on voit clairement que les nouveautés marquantes des 13 dernières années chez Disney sont en majorité des attractions à licence. Quelques exceptions comme Expedition Everest sont toutefois à noter. Le génie créatif de Disney, qui a imposé des HM, des POTC ou des IASW comme références en termes d'attractions, semble avoir laissé place à l'utilisation de licences de films Disney. Mais au final le procédé est le même : créer une attraction à partir d'un imaginaire collectif, qu'il soit tiré de films Disney/Pixar (Fantasyland, Carsland) ou pas (PM, POTC).

2.3) La folie Toy Story

2.4) Star Tours, première licence non-Disney

3) La licence au détriment de la qualité ?
3.1) Exemple de parcs sans licences (ou presque)
3.2) Exemple de parcs avec licences
3.3) La licence, c'est la facilité
3.4) Mais TWDC n'est pas une entreprise philanthropique
Magie est une marque déposée de The Walt Disney Company.

Revenir à « Les Débats de la Gazette »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités