Page 1 sur 1

1er séjour à WDW (2011)

Publié : 12 jui 2015, 13:36
par Doofy
--- trip report 4 ans après le séjour, donc autant dire que certains points seront approximatifs ---

Jour 1
29 août 2011
(probablement le texte le plus long de tout le TR)

Ce premier séjour à WDW constituait plusieurs premières : mon premier vol, mes premières vacances en dehors de l'Europe, mon premier séjour non francophone par mes propres moyens. Autant dire que l'excitation se mariait très bien au stress. Notre vol était prévu le 29 août, décollage à 9h20. Premières craintes évacuées : taxi arrivé dans les temps, bagages déposés bien en avance, première personne chargée de la sécurité affrontée avec courage. En attendant de pouvoir embarquer, nous avons tout le temps pour admirer les avions décoller (et se dire « OH PU***N ça va vite ! »). Une fois à bord, le temps paraît long, on ne part pas tout de suite, le temps que tout le monde soit installé et assis, et je suppose le temps que le pilote reçoive l'autorisation d'aller vers la piste. Et lorsque l'avion décide d’accélérer, je ne fais pas le fier. Les mains crispées sur les accoudoirs, athée que je suis j'ai prié tous les dieux possible pour que tout aille bien. Et soudain le calme, l'avion ne touche plus le sol.

Le temps était clair se matin là. Idéal pour admirer la France vue du ciel. Les voitures se miniaturisent en moins d'une minute, les maisons deviennent difficile à discerner, les premiers nuages sont traversés. Nous étions dans un vol Air France affrété par Delta, et la qualité de service américaine nous plaisais déjà. Bon en revanche on ne s'attendait à devoir nous exprimer en anglais alors que nous survolions encore le territoire français. À la guerre comme à la guerre.

Dans notre avion : pas d'écrans individuels, seulement trois vieux tubes cathodiques pour diffuser des films pas très emballant (de mémoire, Seabiscuit, et L'Agence, les autres sont perdus à tout jamais dans ma mémoire), le tout avec une prise casque défaillante pour suivre le film avec un son particulièrement mauvais, alors qu'un avion n'est pas un endroit très silencieux (vous savez, ce vrombissement permanent dû aux moteurs qui nous évitent de tomber comme un fer à repasser de plusieurs tonnes).

Il est à peine 10h du matin qu'on nous propose déjà de quoi manger. Poulet cajun et du riz ou bien … trou de mémoire, mais j'ai pris le second plat, qui devait être à base de d’œufs brouillés et de pommes de terre. Je boude la nourriture pour me réfugier dans mon iPad bourré de jeux (Uno, Monopoly etc …). 8h de vol c'est d'un ennui, d'autant plus lorsqu'on ne trouve pas le sommeil. Moins d'une poignée de turbulences plus tard, nous voilà enfin à notre premier arrêt : l'aéroport Hartsfield-Jackson d'Atlanta !

Je suis par nature très anxieux, j'aime connaître les moindres détails d'un voyage. J'avais donc appris (presque) par cœur le plan des différents aéroports que nous traverserions. Je savais à quelle porte nous allions arriver, le terminal d'où notre vol suivant devait partir. Mais évidemment, ils ont attendu que j'arrive avec mon stress sous le bras pour changer tout ça. Nous voilà donc obligé de retrouver notre vol parmi les cinq terminaux que comporte cet aéroport, classé (spéciale dédicasse aux angoissés) 1er aéroport mondial en trafic de passagers !

Merci à la basse saison, car finalement 1h30 pour le transit (2h en réalité car notre 1er vol avait de l'avance), c'était largement suffisant. Le temps de passer la douane, où l'on découvre que l'on passe séparément si l'on est pas marié (merci à la très sympathique employée de l'aéroport qui nous a expliqué ça en français!). Le temps de stresser devant l'agent de l'immigration, car même si on sait qu'on n'a rien fait de mal, on se dit « ET SI ??!! ». Le temps de prendre le métro de l'aéroport vers notre terminal (un métro type Ligne 14 à Paris). Et enfin de compte, le temps de prendre un premier verre ¼ soda ¾ glaçons.

Image

Le second vol nous paraîtra très court. 1H pas plus. Si vous retirez les séquences de décollage et d’atterrissage durant lesquels on doit éteindre nos appareils et boucler nos ceintures, il reste 40 grosses minutes. Parfait pour admirer le paysage US, avec les maisons parfaitement alignées (cliché). Plus nous approchons du sud, donc de la Floride, plus les lacs se font fréquents (cliché).

Image

Et nous voilà enfin arrivé à Orlando ! 16H30 heure locale, nous sommes dans les temps et enfin détendus. On saute à bord d'un des monorails de l'aéroport en direction du terminal principal. Et la première chose que l'on remarque, c'est la concurrence entre Disney et Universal qui commence dès l'aéroport. Deux boutiques se font face. Comme nous avons prévu 2 semaines 100% Disney, nous visitons rapidement la boutique Universal aux couleurs de Wizarding World of Harry Potter. Nos premiers achats en Floride ne sont donc pas estampillés Disney.

Direction le comptoir du Disney's Magical Express avec nos valises, car nous n'avons pas reçu le courrier qui contient les « lugages tags » pour que nos bagages soient amenés directement à notre chambre. Nous comprenons vite que dire que nous venons de Paris plaira à chaque américain que nous croiserons (à l'époque je voyais la Tour Eiffel de chez moi, imaginez leur tête quand je leur sortais ça).

[youtube][/youtube]

Quand arrive notre tour de monter à bord du bus magique, nous devons marcher 15 secondes à l'air libre. Le temps de quitter l'air conditionné de l'aéroport pour trouver celui du Magical Express, nous faisons connaissance avec le climat de Floride a.k.a. LA CHALEUR LA PLUS HUMIDE DE TA VIE. Un truc presque palpable. La chaleur est telle que même en restant sagement assis dehors, tu dépenses plus de calories que lors d'un footing.

Le voyage à bord du Magical Express dure une bonne heure, premiers hôtels compris. En bons fans que nous sommes, nous avions déjà vu la vidéo de présentation diffusée pendant le trajet. On préféra donc regarder le paysage, pour filmer et prendre quelques photos. Oui la Floride est tel un emmental avec des points d'eau à la place des trous. Cette région du monde ressemble au paradis des alligators. Sur la route, les panneaux indiquant le nombre de kilomètres avant Walt Disney World sont un compte à rebours, les publicités des amuses-gueule (surtout pour Star Tours : The Adventure Continue ouvert plus tôt dans l'année, et Harry Potter l'année d'avant).

Image

Image

Et enfin nous passons l'arche d'entrée de WDW ! L'impatience se fait sentir. On remarque tous les détails qui font que nous sommes vraiment dans le resort : les panneaux sont violets et ont désormais des oreilles de Mickey, il y a plus de bus Disney sur les routes que de voitures. Le premier hôtel desservis est le Port Orleans French Quarter, puis le Fort Wilderness Campground, et enfin notre maison pour 2 semaines : le Wilderness Lodge !

[youtube][/youtube]

L’hôtel est grandiose, avec son lobby de 6 étages de haut. Tout autant que sa cheminée, utilisée même s'il fait plus de 30°C dehors. Nous prenons le temps de nous reposer dans notre chambre, très spacieuse, avec vue sur la piscine et le lac.

Image

Image

Pour terminer cette première journée, nous allons dîner au Polynesian, mais en évitant de faire un arrêt au Magic Kingdom (on se garde cette première fois pour le jour où on ira vraiment dans le parc). Nous prenons donc le bateau en direction du Contemporary après un premier arrêt au Fort Wilderness. Et de là nous prenons le monorail vers le Polynesian Resort. L'odeur du lobby du Polynesian est particulière. La faute à l'humidité ? La clim ? L'âge ? En tout cas ça ne sent pas « bon », même si cela n'a rien de désagréable.

Image

Le repas au Sushi Bar n'est pas une franche réussite. Les plats japonais préparés à l'américaine, ça surprend, et en plus c'est très relevé. Premier contact culinaire raté. En revanche le transat sur la plage, la brise légère au bord du Seven Seas Lagoon, le cinéma en plein air qui projette Lilo & Stitch, les lumières des hôtels et du parc au loin, le klaxon des bateaux, tout ça est inoubliable.

Image

[youtube][/youtube]

Wishes depuis la plage, c'est une expérience à part. Le son du show nous vient du bâtiment derrière nous (celui du concierge level du Poly), et le feu d'artifice reste très appréciable même de loin. Le clapotis de l'eau et le caquètement des canards en plus.

Le retour vers le Wilderness Lodge est compliqué (toujours à cause de notre idée de ne pas passer par le Magic Kingdom). Nous prenons le monorail vers le TTC (ce nœud de transport qui rassemble les bus, monorails et ferry vers le Magic Kingdom ou EPCOT). Sauf qu'arrivés sur place, nous comprenons qu'aucun bus ne va vers le Wilderness Lodge Un Cast Member nous explique donc comment retrouver notre hôtel : monorail jusqu'au Magic Kingdom (oui, je sais), puis bateau vers le Wilderness. Tout ça, pour ça. 1H après Wishes nous arrivons enfin à notre chambre, heureux mais tellement fatigués.

Pour résumer cette journée voici l'addition suivante : 1 taxi + 2 avions + 2 métros internes aux aéroports + 1 car + 1 bateau + 3 fois le monorail + 1 dernier bateau

Re: 1er séjour à WDW (2011)

Publié : 12 jui 2015, 23:24
par Doofy
Jour 2
30 août 2011

Quel plaisir de se réveiller en Floride ! Tu ouvres les rideaux et tu admires la brume matinale au dessus du lac. On ne perd pas de temps, on se prépare et direction le Roaring Fork, le counter service de notre hôtel, pour un rapide petit déjeuner. Nous sommes pressés au point de finir nos boissons en marchant vers l'arrêt de bus (bien pratique les refiliable mugs).

On voit passer quelques bus pour d'autres parcs que notre destination du jour, et finalement voilà notre carrosse vers EPCOT. Le bus est comme tout lieu fermé en Floride : climatisé à outrance. Heureusement que chaque trajet dure moins de 20 minutes, sinon je serais capable de prendre un sweat rien que pour ça.

À l'approche du parc, la voix off de tout le resort nous informe des dernières nouveautés d'EPCOT. Quand on entend que cette grande nouveauté est Soarin on se dit que le parc n'a pas plus d'actualité que DLP. Puis un court medley des musiques du parc pour nous accompagner jusqu'à l'arrêt.

[youtube][/youtube]

Ce jour là il y a des EMH le matin. L'affluence est bien faible. Pas besoin de courir. Nous passons le contrôle des sacs, qui est bien bien BIEN BIEN BIEN plus strict qu'à Paris. On me demande d'ouvrir chaque section de mon sac à dos, chaque partie de ma sacoche de camescope. J'obéis, le monsieur porte une insigne de shériff (façon Disney par contre). Puis vient le moment de laisser son empreinte digitale aux tourniquets. On ne blague au pays de l'Oncle Sam.

Image

La sphère géante de Spaceship Earth dès l'entrée m'a étonné. Sa taille et son emplacement. Comme le château de la Belle-au-Bois-Dormant était placé sur Town Square, ou que la ToT trône au milieu de Front Lot. On ne voit que ça en arrivant. Pas de vue sur l'immensité du parc. Il est parsemé de bâtiments dans la section Future World, et ne laisse pas deviner qu'il est deux fois plus grand que le Magic Kingdom.

Nous allons directement vers le pavillon The Land pour prendre un FP pour Soarin et faire l'attraction immédiatement après, car le temps d'attente n'est que de 15 minutes. Je l'ai déjà dit et je vais le redire, mais la démesure américaine nous rattrape constamment. La hauteur de plafond de la file d'attente est inédite pour moi dans un parc Disney (et je ne parle que des files d'attente non thématisées, la ToT c'est hors catégorie).

Image

Soarin me met les larmes aux yeux. C'est la pression du voyage qui retombe enfin. La musique est sublime, les effets d'odeurs fonctionnaient, les pieds qui pendent, et le fait que ce soit ma première attraction à WDW font de Soarin mon premier coup de cœur !

[youtube][/youtube]

On poursuit notre matinée vers The Seas with Nemo and friends. Clairement une attraction pour enfant. Je n'ai pas besoin d'avoir des projections de personnages du Monde de Nemo sur les parois de l'aquarium pour aimer ce genre de visite. On s'attardera plus longuement dans l'aquarium, pour observer les requins, tortues, raies et autres poissons que mes parties d'Animal Crossing m'ont aidé à connaître. Évidemment, il y a un espace dédiés aux petits poissons, avec des poissons clowns et des poissons chirurgiens réunis (ça me rappelle quelque chose, mais alors quoi?).

Image

Nous avons une réservation pour déjeuner au Coral Reef dans le même bâtiment mais c'est 1h30 plus tard. Donc direction Test Track ! C'est probablement plus prudent de le faire avant de manger. Un petit détour par Mouse Gear pour trouver nos casquettes pour ces deux semaines ensoleillées et découvrir le merchandise (et baver, déjà). La file d'attente est bruyante, thématisée sur les essais de sécurité. Tous les bruits de collision ne sont pas assez car la « musique » n'est qu'une suite de bruits de tôle froissée. L'attraction est géniale, le pré show aussi. Si vous n'avez pas connu Test Track avant sa refonte façon Tron en 2012, dommage pour vous.

[youtube][/youtube]

Normalement, je ne suis pas branché bagnoles, mais le showcase à la sortie de l'attraction m'a attiré comme un aimant. Ces voitures « american-size », c'est comme retomber en enfance. Note pour plus tard : passer le permis et louer un gros modèle pour sillonner les highways vers Miami.

Presque midi, nous retournons vers le pavillon The Seas pour notre première réservation du séjour. Nous avons pris le Dining Plan Deluxe. En mettant de côté l'argument du prix, ce package est utile si vous n'avez pas l'intention de courir. Avec 3 restaurants à service à table possible par jour, le tout est entrée plat et dessert, c'est une formule idéale pour tout essayer, et digérer tranquillement dans les allées des parcs.

Image

On découvre le système de beeper pour nous indiquer lorsque notre table est prête (le même principe qu'à Earl of Sandwich). Mais je l'ai en main depuis à peine 10 secondes qu'il vibre déjà. J'aime la basse saison ! Le restaurant a pour décor l'immense aquarium de The Seas. Nous avons une table avec une vue plongeante sur la salle, c'est parfait. Nous prenons une entrée pour deux, petite astuce pour ne pas finir le séjour avec un ventre qui a doublé de taille. Le déjeuner était délicieux.

Appetizer for Two : Crab Cakes, Crispy-fried Shrimps, Creamy Lobster Soup
Image

Seared Scottish Salmon
Image

Grilled Mahi Mahi
Image

The Chocolate Wave
Image

Re: 1er séjour à WDW (2011)

Publié : 14 jui 2015, 13:18
par Doofy
Image

Bientôt 14h, il est temps de découvrir World Showcase. Et là, devant le lac, on se dit que mettre des chaussures confortable n'est pas si bête. C'est grand, c'est large. C'est comme être obligé de visiter Disneyland Paris sans jamais passer par Central Plaza. En plus c'est pas tellement ombragé, et il fait vraiment chaud.

[youtube][/youtube]

On entame le tour dans le sens des aiguilles d'une montre. Le pavillon Mexicain est très agréable, car intégralement en intérieur. L'ambiance de nuit est sympathique, les boutiques et la petite exposition d'objets artisanaux font plus authentique que Disney, et c'est appréciable. On embarque pour Grand Fiesta Tour. C'est mignon comme tout, mais les projections avec Donald et les Trois Caballeros sont à côté de la plaque. On est au pavillon du Mexique, et on nous montre toute l’Amérique du sud !

Image

Image

Image

Nous passons rapidement au pavillon Norvégien pour prendre un FP pour Maelstrom, sans grande conviction. Puis pour patienter le pavillon Chinois et son film à 360°. Avant le film on visite une petite expo permanente sur la culture du pays (c'est tellement bien EPCOT pour ça, de la découverte, pas seulement de l'amusement).

Image

Image

Image

Retour en Norvège et embarquement pour Maelstrom. On en ressort avec plus de questions qu'avant de faire l'attraction. Pourquoi les trolls ? Pourquoi la scène finale avec une plate-forme pétrolière ? Dans la boutique du pavillon on trouve des vêtements chauds (est-ce bien sérieux de les vendre en Floride ?) ainsi que quelques BD, dont des albums d'Astérix !

Image

Image

Image

[youtube][/youtube]

Nous sommes arrêtés dans notre élan vers le reste du parc par l'arrivée des barges pour le spectacle Illuminations, dont la très grande reproduction de la Terre façon parade électrique. Pour laisser passer le cortège, un pont est carrément levé !

Image

Les deux pavillons suivants n'ont pas d'attractions, et pourtant ils ne sont pas dénués d'intérêt : en Allemagne, les différentes boutiques sont un amusement à part entière. On a spécialement apprécié l'arbre de Noël … AVEC DES CORNICHONS ! Le paysage allemand en miniature est trop mignon. Les gens font la queue pour une bière bien fraîche.

Image

Image

En arrivant au pavillon Italien, nous tombons nez à nez avec un jongleur. Son spectacle est appréciable, et là où le monsieur est doué c'est qu'il fait participer les enfants sans dire un seul mot ! Le pavillon est basé sur Venise, le cadre est très agréable, et la boutique avec les masques est superbe.

Image

Image

Image

[youtube][/youtube]

Nous poursuivons notre tour vers le pavillon American Adventure. Les Voices of Liberty sont probablement le meilleur pré-show possible. Vous ne connaissez aucune chanson traditionnelle américaine ? Qu'importe, ils chantent divinement bien ! Et puis le spectacle à base d'animatronics est bluffant. C'est long, riche, patriotique. Si après ça vous n'avez pas envie de devenir américain ... Golden Wings est dans mon top des musiques découvertes dans les parcs Disney.

Image

Le mauvais temps annule le spectacle de rock du pavillon Marocain, nous continuons donc vers le pavillon Français. À peine le temps d'admirer le style parisien qu'une averse nous oblige à entrer dans les fausses Halles, temple du cliché sur la France (voir vidéo). Et dans le genre cliché, le film Impressions de France, tourné sous Giscard (je crois qu'il y a des membres du forum qui ne savent même pas de dit qui il s'agit), est à la fois romantique et complètement à côté de la plaque. M'enfin bon. Si ça plaît aux locaux.

[youtube][/youtube]

L'heure du dîner approche. On part dans l'autre sens, le Tokyo Dining nous attend. Je parlerai plus tard du pavillon Japonais, mais comme tout le reste à EPCOT, je suis tombé sous le charme. Le reste en revanche est bruyant. Une grande salle pour accueillir toute la peuplade, ce n'est pas reposant. Nous étions moites à cause de la pluie et de la chaleur. Heureusement, cette fois la bouffe japonaise était bonne (du point de vue du français qui n'a connu que les restos Jap d'Île-de-France).

Image

Chocolate Ginger Cake
Image

Green Tea Cheesecake
Image

Thé vert glacé (non je n'ai pas pris que des Sprite pendant 2 semaines)
Image

Illuminations sera notre premier feu d'artifice dans un parc de WDW. Pas de film ni de photos pour cette fois. On profite simplement. Nous sommes resté sur le balcon du restaurant. La vue n'est pas parfaite, mais au moins on est en hauteur et on n'est pas bousculé. Vous connaissez les feux d'artifices, pardon, les sons et lumières à DLP ? Nous aussi. Et le premier « boum » a fait vibrer les vitres du restaurant derrière nous. On a aimé, on a adoré Illuminations. Avec sa scène finale qui ressemble à une chanson pour cérémonie d'ouverture des JO avec sa flamme.

Le retour vers l'hôtel est long. Nous devons retraverser tout le parc, être à nouveau interrompu par le pont levé pour laisser par la sphère d'Illuminations, passer à nouveau dans Mouse Gear (l'Emporium d'EPCOT), marcher jusqu'aux arrêts de bus, trouver le numéro de notre arrêt de bus (bien sûr le numéro n'est pas le même à chaque parc, ce serait trop simple), attendre qu'un bus daigne arriver, laisser entrer la personne en scooter en premier, puis enfin prendre place dans le bus frigorifié.

Et vous savez ce qu'il y a de drôle avec les bus à WDW ? La nuit, ils circulent lumière éteintes. Genre le bus peut être plein à craquer, avec des enfants dedans, mais c'est pas grave, on éteint tout, et bon courage pour ne pas se marcher dessus. Les chanceux assis commencent leur nuit. À notre arrivée à l'hôtel, il y a ce léger râle de mécontentement quand soudain LA LUMIÈRE FUT ! On s'en accommode assez vite en fin de compte.

Fin de cette journée. Le lendemain nous réservera une belle surprise.

Re: 1er séjour à WDW (2011)

Publié : 14 jui 2015, 13:44
par Doofy
Petit bonus hors trip report, quelques photos de la chambre :

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Re: 1er séjour à WDW (2011)

Publié : 19 jui 2015, 12:07
par Doofy
Jour 3
31 août 2011

Mercredi, direction les Hollywood Studios ! Je n'ai qu'une seule envie : faire et refaire Star Tours The Adventure Continue jusqu'à l'overdose. Mais l'une des première schoses que je dois faire, c'est retirer de l'argent. Ma banquière n'avait pas activé l'autorisation de retrait à l'étranger. Joli stress pour le premier jour. Mais c'est enfin réglé.

Image

Image

L'ambiance des studios en Floride est tellement différente (et meilleure bien sûr) que celle de nos studios à Paris. Nous commençons par nous presser vers Toy Story Midway Mania pour faire l'attraction. Mais il y a déjà 30 minutes d'attente, et il y a du monde rien que pour prendre un FP. Tant pis, nous ne verrons pas Monsieur Patate, nous prenons un ticket et partons vers la Tower of Terror.

Image

[youtube][/youtube]

Le jardin, la longueur de la file d'attente, tout est plus immersif qu'à Paris. On a l'impression d'entrer vraiment dans l'ambiance d'un hôtel abandonné. La file d'attente intérieure est similaire à celle de notre ToT, mais l'attraction diffère totalement. On a adoré les mouvements aléatoire lors des chutes. L'inconnu apporte pas mal de frissons.

[youtube][/youtube]

Image

Puis direction Rock n' Roller Coaster. Si ma mémoire est bonne, la file d'attente ne diffuse que du Aerosmtih (avouez que c'est quand même plus logique). Le coaster est strictement le même, mais la déco change, et est moins conceptuelle qu'à Paris. J'apprécie surtout leur théma. Parking pour l'embarquement, entrée VIP d'un concert pour le débarquement. Et puis leur boutique est plus grande et propose des articles plus originaux (comme toutes les boutiques de WDW en fait).

[youtube][/youtube]

On longe à nouveau Hollywood Blvd mais cette fois, un arrêt par Vilains in Vogue s'impose. Déception, ce qui était une boutique dédiée aux méchants Disney devient un vague fourre tout, avec quelques produits sur les méchants, des produits sur Alice, et beaucoup de Vinylmations. Je me console avec un cookie en forme de tête de Mickey qui est plus grand que ma main !

[youtube][/youtube]

Image

Image

En route vers Star Tours, nous passons devant Echo Lake. Voilà ce qu'il manque à nos Studios ! Un vrai point d'eau. Ça fait du bien, c'est agréable de s’asseoir à côté pour se reposer quelques minutes, et ça occupe bien l'espace.

Image

Image

Enfin, mon Grâal ! L'attraction, en tant que fan des films Star Wars, que j'attends depuis des années. Je prends mon temps dans la file d'attente. Je savoure. En extérieur, le grand AT-AT marque l'entrée, dans une forêt d'Endor (WTF?!). À l'intérieur, de la modernité. Les écrans, les droïdes, les effets, tout est mieux. Mention spéciale au droïde des douanes et à son scanner de bagages. Star Tours 2 dispose d'une très bonne 3D. J'avais peur que dans un simulateur turbulent, l'effet passe mal, mais c'est une réussite ! Et les mouvements du Starspeeder sont plus « doux ».

[youtube][/youtube]

Regardez comme il a l'air heureux et fier
Image

La boutique Tatooine Traders sert de sortie à l'attraction. Quel piège machiavélique. JE VEUX TOUT ACHETER !!! Dans la plupart des boutiques, nous utilisons le service de livraison à l'hôtel. Il ne nous reste plus qu'à tout récupérer à la boutique de l’hôtel le soir même ou le lendemain selon l'heure de notre achat (je crois que la limite est 15h).

Oh ! Mais c'est moi sur la photo à gauche.
Image

L'heure de notre FP pour Toy Story Mania est arrivée. Comme je l'ai dis, malheureusement nous ne verrons pas Monsieur Patate. Mais l'ambiance de la file d'attente est sympa. On est réduit à la taille des jouets, tout est démesuré. On chope une paire de lunettes 3D (jaunes, comme à EO et Chérie j'ai rétréci le public) et on embarque. C'est tellement fun. Et comme je suis mauvais perdant, hors de question de ne pas finir premier. À la fin on voit un tableau des meilleurs scores : du véhicule, de la journée, du mois (je crois que c'est tout). Et je n'étais pas le meilleur du véhicule. Tristesse.

Re: 1er séjour à WDW (2011)

Publié : 19 jui 2015, 18:39
par Doofy
On a encore le temps de déambuler, donc on en profite pour flâner sur la reproduction d'une rue de New York. C'est vide. Quelques boutiques à peine plus grandes que des stands, et c'est tout.

[youtube][/youtube]

Image

Image

Image

On déjeune tard aujourd'hui, donc nous décidons d'aller faire The Great Movie Ride en attendant, et en plus c'est juste à côté du restaurant.

Image

Image

The Great Movie Ride est le genre d'attraction qui manque chez nous. C'est long (15 minutes je crois), nous plonge dans des scènes cultes du cinéma, et c'est bourré d'audio-animatronics ! Bon par contre c'est lent, et si vous n'êtes pas anglophone vous perdez une grande partie du spectacle, car le ou la CM qui conduit le véhicule fait partie de l'histoire. Et puis le tout est dans un splendide bâtiment basé sur le Chinese Theatre de Los Angeles, et la file d'attente est façon vieux cinéma qui diffuse des bandes annonces des films que l'on va vivre quelques minutes plus tard. Gros gros coup de cœur.

[youtube][/youtube]

Image

Mais en sortant il n'est pas encore l'heure d'aller déjeuner. Heureusement un écureuil va nous amuser pendant ce temps. C'est le truc en plus que j'adore à WDW. Il y a autant d'ibis ici que de mouettes en hiver chez nous, et les écureuils sont présents un peu partout dans les parcs. Et je fonds devant ces boules de poils.

Image

Image

Grâce au Disney Dining Plan Deluxe, nous avons pas mal de « tickets » de services à table à utiliser, et nous avons pris des packages déjeuner + Fantasmic afin de ne pas attendre 3h pour avoir sa place. Seule contrainte, déjeuner relativement tard. 13H15 ici. On comprendra la contrainte plus tard.

[youtube][/youtube]

Direction le Hollywood Brown Derby. L'ambiance est d'une classe folle. Les serveurs sont habillés un peu à la parisienne (oui, je sais le Brown Derby était un véritable restaurant Californien), et l'atmosphère est très reposante, en plus le restaurant est à moitié vide. Les plats étaient délicieux, et je ne me remets toujours pas du dessert chocolat / caramel / banane.

Crispy Jumbo Lump Crab Cakes
Image

Duck Two Ways
Image

Charred-glazed Filet of Beef
Image

Chocolate Three Ways
Image

Banana-White Chocolate Toffee Tower
Image

Nous avons bien sympathisé avec notre serveur, et nous l'avons désormais en ami sur Facebook ! Je l'ai même revu sur Paris l'an dernier.

Image

À peine le déjeuner terminé, nous voyons que les gens se placent pour la parade. On trouve un coin à l'ombre, idéal pour digérer (les repas en Floride sont tous copieux). La parade (notre première à WDW) est sympa. Les chars ne sont pas hyper thémés, mais cela colle avec l'ambiance du parc. La musique est entraînante, les danseurs nombreux, mais Disney a pitié d'eux avec 30° et 80% d'humidité : aucun show stop.

[youtube][/youtube]

Image

Image

Image

[youtube][/youtube]

Le reste de la journée est parasité par le mauvais temps. Un petit café (immonde), quelques boutiques, puis on va voir leur version de Moteurs Action. On veut voir les jet ski en pleine action ! Et puis Flash McQueen est en guest. Sauf que le spectacle est interrompu après la séquence Cars 2 à cause d'un orage en approche. Misère.

Image

On s'en va, dépités, d'autant qu'on sait qu'on n'aura pas l'envie de retenter le coup. Finalement, on trouve refuge au spectacle de cascades d'Indiana Jones. Il a à peine commencé, mais il reste pas mal de place. Le show est très bon, sans temps mort. Chaque changement de décor permet des interactions avec le public.

Juste avant de nous installer, nous avions remarqué quelque chose que l'on est pas près de voir en France. Un Cast handicapé en fauteuil roulant à l'entrée, qui parle à une guest également en fauteuil roulant ! Là-bas, tout (ou presque) est pensé pour inclure les handicapés, les employés comme les clients.

Re: 1er séjour à WDW (2011)

Publié : 19 jui 2015, 21:55
par Doofy
Et vient le moment où on comprend pourquoi déjeuner tard est un si gros problème quand Fantasmic est prévu à 20h30. Notre réservation pour dîner est à … 17H50 ! On a chaud, pas encore faim, et on sait que notre Dining Plan comprend entrée plat et dessert (et la grande boisson, ne pas oublier la grande boisson). Tant pis, on va au moins profiter de l'ambiance.

Les photos du Sci-Fi datent de 2013
Image

Image

Direction le Sci-Fi Dine-In Theatre. Le cadre est génial : l'écran de cinéma passe des extraits de vieux films de science-fiction, des vieilles pubs, et même un extrait avec tonton Walt ! On prend place dans de fausses décapotables pour manger. Un rêve de gosse. Par contre la bouffe ne nous a pas marqué, du moins pas en bien. Peut être qu'on avait trop peu faim pour apprécier. Si ma mémoire est bonne, on n'a même pas commandé de dessert pour ne pas le gâcher.

Image

Image

Image

Je ne sais plus ce que l'on a fait en attendant Fantasmic. Probablement des attractions et des boutiques, certainement Star Tours. Vers 20h nous nous mettons en route vers l'amphithéatre de Hollywood Hills. Nous avons une place assurée, mais au cas où autant ne pas trainer, et puis nous attendrons assis.

C'est loin, on contrôle notre ticket au moins 3 fois (comme dans les files FP), on passe par un chemin différent, et enfin nous arrivons dans notre carré VIP. Bon, il est pas centré, mais au moins nous n'avons pas poireauté 3h pour en arriver au même point. Les Cast mettent l'ambiance, avec des olas, quel côté chantera le plus fort, etc.

Fantasmic a beau être un spectacle complet (characters, performers, séquence sur terre, sur l'eau, des feux d'artifice, des murs d'eau, des jets d'eau sur le public, 3 Mickey différents et j'en oublie), ce n'est vraiment pas mon spectacle nocturne préféré. Il n'est pas mauvais, et un show pareil à Paris ne serait pas de trop, mais je trouve qu'il ne vaut pas 3h d'attente, ni un diner qui coute deux coupons Dining Plan (on ne le fera pas en 2013, c'est dire).

[youtube][/youtube]

Faire sortir 7000 personnes en une fois ? Pas de soucis, à condition d'ouvrir quelques backstages derrière la salle du show de la Belle et la Bête (on y aura droit la seconde fois). Par contre, pour éviter de laisser passer 3 bus, le mieux est encore de faire quelques boutiques avant de sortir, et de profiter du parc la nuit. Si un parc est beau de jour, il est sublime de nuit. La ToT, l'entrée de RNRC, Hollywood Blvd, Sunset Blvd. Si les allées n'étaient pas noires de monde, ça serait agréable.