Le forum est n'est accessible qu'en lecture seule pour le moment.

Assemblée 2017 : le rendez-vous des occasions manquées

Les articles de la Gazette avec les reportages au cœur de Disneyland Paris mais aussi toute l'actualité Disney au cinéma, dans les parcs étrangers ou près de chez vous !
Avatar de l’utilisateur
Simplet
Découvre l'atelier de Mickey le Magicien
Localisation : Paris
Gender :
Âge : 50
Messages : 7846
Inscription : il y a 13 ans

Assemblée 2017 : le rendez-vous des occasions manquées

il y a 2 ans

Alors que ce qui risque d’être la dernière assemblée générale de la société Eurodisney avec des actionnaires individuels a été convoquée à la dernière limite légale, on pouvait s’attendre à une assemblée bien huilée et réglée comme du papier à musique. Curieusement, quelque ait été le sujet abordé une impression de flou restait dans les interventions de l’estrade.
18281
[/align]

L’OPA, dont on ne sait pas toujours pas officiellement la vraie raison, a été présentée comme une opportunité par le Conseil de surveillance, comme une preuve de l’attachement de la WDC par la présidente et comme une nécessité pour assurer la pérennité du site par l’envoyé spécial de Burbank. Cela pourrait être tout cela à la fois mais en fait il n’en est rien. La seule et unique raison, c’est que la WDC et le Prince Al Waleed se sont entendus pour la cession des titres EuroDisney du Prince. De ce fait, la WDC ne pouvait faire autrement que de proposer le même prix de rachat aux autres actionnaires. Etait-il si compliqué de le dire ?

L’OPR a, là encore, été présentée en noyant le poisson. La direction a fait des circonlocutions pour éviter d’expliquer que le but depuis la dernière recapitalisation est d’évincer dans les plus brefs délais et au plus bas prix tous les actionnaires. Et histoire de rajouter un peu d’angoisse, elle a rajouté une nouvelle, hypothétique, recapitalisation, à l’issue de l’OPA si par malheur les 95% des actions n’étaient pas récupérées. Mais impossible d’en savoir plus. Elle serait de 1,5 Milliard en cas d’échec de l’OPA mais moins en cas de succès. On se demande pourquoi…

Le maintien du club actionnaires… sans actionnaires ! Afin de maintenir le lien avec des actionnaires qu’elle n’a cessé de traité avec mépris et cynisme, la société souhaite les récompenser en leur permettant de conserver leurs avantages pendant 10 ans. En anticipant le résultat de l’OPA, la présidente a obtenu le résultat inverse de celui recherché. Si certains ont applaudi la décision, beaucoup d’autres se sont rendus compte que la société cherchait juste à les convaincre de vendre et partir. Le résultat a été une séance de questions réponses plus houleuse que d’habitude. Et la présidente a connu un baptême du feu brutal où, à l’inverse d’un Philippe GAS capable de retourner une salle, elle n’a souvent pu que répondre qu’elle ne comprenait pas les questions. Cela faisait très mauvais effet. Pire, le maître de cérémonie Gilles DOBELLE, en se montrant cassant à contretemps, n’a fait qu’entretenir la contestation.
18277
[/align]

Les résultats annuels ont été présentés à la va-vite par un Mark STEAD assez gêné des provisions incompréhensibles et surtout beaucoup trop importantes pour être honnêtes. Il a bien essayé de martelé le discours officiel mais outre le fait que 95% des présents ne comprenaient rien ni aux provisions ni aux explications, les 5% restants ne croyaient pas un mot de ce qu’il disait ! Surtout que si les chiffres sont artificiellement mauvais, la situation s’améliore nettement depuis un an. Difficile de convaincre que la période qui arrive va être pire que la précédente !
18275
[/align]

L’activité de la société s’est résumé à une présentation des réhabilitations, qui permettent d’avoir pour le 25ème anniversaire un parc presque neuf avec des nouveaux spectacles, une nouvelle parade, un nouveau show nocturne, etc. Rien de nouveau en fait car les rares projets annoncés sont déjà connus de tous (POTC, hyper space mountain). Les fans, nombreux, se sont sentis frustrés. Et aussi pris pour des imbéciles quand la présidente s’est félicitée des résultats des réhabilitations en ne parlant que du taux de satisfaction de l’hôtel Newport. Lorsque l’on voit les pannes toujours omniprésentes à BTM, on peut légitimement penser que soit elle ne va jamais dans les parcs et s’en désintéresse, soit elle fait de la provocation.

Il est curieux qu’après tant d’années, la direction ne connaisse toujours pas ses actionnaires. Il faut dire qu’elle ne semble pas connaître ses clients non plus au vu des sommes dépensées chaque année pour dessiner leur profil ! Inutile d’avoir fait des années d’étude de psychologie pour se rendre que les actionnaires dans leur immense majorité sont plus attachés à leurs titres qu’à la gestion de la société. Pendant des années ils ont avalé les couleuvres distribuées allègrement par la société, ont souscrit aux augmentations de capital, tout cela dans l’espoir que « leurs » parcs se développent et retrouvent le lustre d’antan. L’attitude de la WDC de vouloir les mettre dehors est donc ressentie comme une trahison. Pour faire passer cette opération, il aurait fallu faire du marketing, spécialité pourtant semble-t-il de Madame POWELL, et vendre l’opération avec de l’affect, quitte à travestir la vérité.
18274
[/align]

Ainsi, il aurait fallu annoncer un vrai plan d’investissement chiffré, même grossièrement, avec annonce de constructions d’attractions dans les 5 prochaines années et présenter quelques concept arts. Les fans auraient applaudi chaudement et auraient félicité la direction pour son volontarisme.

Ensuite, la création d’un nouveau club réservé aux fans aurait été saluée par des vivas dans la salle. Il était inutile de trop détailler en quoi il consisterait ni les conditions et modalités pour y rentrer. L’annonce en elle-même aurait suffi à déclencher l’enthousiasme.

Malheureusement, rien de tout cela. Cette dernière assemblée restera comme l’une des plus médiocres même si elle a été dans lignée des dernières. Depuis le départ de Philippe GAS, l’ambiance a radicalement changé. Cette assemblée aura quand même eu le mérite d’ouvrir les yeux à certains (il était temps ! ) qui voyait en la WDC un sauveur et un partenaire de confiance. Ils ont pu constater que leur attachement au resort n’était pas payé de retour. L’intervention plein de cynisme du directeur financier américain expliquant que la WDC a besoin d’être seule pour réussir (et Tokyo ?) n’a convaincu personne. Et que dire de la pitoyable tentative d’acheter les actionnaires avec 10 ans « d’avantages » quand certains, comme ce pauvre Allemand naïf, ont perdu une grande partie de leur épargne dans un projet ambitieux qu’on a délibérément plombé.
18279
[/align]

L’opération « expulsion des actionnaires » va aboutir, aujourd’hui ou dans 6 mois, un an. La WDC aura gagné. Mais cela risque d’être une victoire à la Pyrrhus. Tous ces actionnaires, prescripteurs de la destination, qui ont un goût amer dans la bouche risquent d’être encore plus exigeants et de cesser de faire une publicité gratuite et de qualité pour le resort. La grogne a déjà commencé avec les remises à niveau peu fiables, puis avec la hausse des passeports annuels. Il va être intéressant de scruter la suite. Car pour l’instant, rien n’est venu rassurer les afficionados de la destination sur la future gestion de la WDC «seule ». La fermeture de Cinémagique pour une durée indéterminée avant son remplacement par un spectacle Marvel, qui sera bientôt suivie par celle de Blanche Neige, laissent un vide à combler et surtout privent le resort de deux attractions à fort débit.

Finalement, après cette assemblée, l’avenir de Disneyland Paris s’est tout sauf éclairci. Et le petit actionnaire, voyant cette aventure se terminer ainsi ne peut que penser : tout cela pour en arriver là…[/align]
2225
Il y avait Paul et Mickey,
On pouvait discuter mais c'est Mickey qui a gagné,
D'accord, n'en parlons plus.

Revenir à « La Gazette du Jour »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités